Noé et Azote : un ami au poil, t1


Noé vient de déménager, tout est nouveau... et évidemment, ses parents n’ont pas bien le temps de s’occuper de lui. Ils ont leur vie de parents, avec le travail, les cartons, bref, des occupations de grands. Normal.
Pas encore de copains à l’horizon, Noé vient de faire son entrée dans sa nouvelle école. Jusqu’à l’arrivée d’Azote le Troll, curieux personnage qui sort du buisson, près de sa maison. Et là, la nouvelle vie peut commencer ! Une vie d’enfant, avec des peurs, des timidités, des bêtises, des parents pas contents, des "fâcheries", des moqueries, de la complicité, de la tendresse.

Les illustrations d’Aurélie Guillerey sont une merveille de fraîcheur dans ce petit roman. Il y a dans ces images un côté "à l’ancienne" très séduisant, dans son trait, ses couleurs. Les personnages sont dessinés tout en "rondeur élastique", donnant la sensation qu’on peut les attraper, les malaxer, les faire sien, mais en douceur. Les visages, dessinés tout simplement, font passer les émotions de manière très évidente.

En somme, un bon petit livre, qui inaugure une série avec des personnages que l’on prendra plaisir à retrouver, parents et enfants !

Mais, mais, mais, je m’interroge !

Premier de la série Noé et Azote aux éditions Magnard, "Un ami au poil" fait partie de la collection "mes premiers romans". Il y a donc tout un appareillage pour aider les parents à comprendre l’histoire, sur les rabats de la couverture.
- un petit résumé pour donner envie
- la présentation des personnages de l’histoire
- Mim est auteur jeunesse, Benoit Bajon est ortophoniste
- le vocabulaire est adapté et le livre a été testé auprès d’enfants

Je suis ironique, cet appareillage autour des histoires, des livres m’interroge beaucoup :
- Est-il destiné à nous tranquilliser nous adultes qui achetons les livres pour les enfants ? Car nous pensons souvent que les enfants doivent tout comprendre d’une histoire ? Questions d’apprentissages.
- Mais alors comment font les enfants pour apprendre à se poser des questions si tout est déjà expliqué et si en plus on anticipe leurs questionnements ? Comment font-ils aussi pour simplement rêver, se laisser aller dans une histoire, une ambiance...? Questions de formation d’esprit, de culture.
- Est-il destiné à rassurer le consommateur sur son achat ? Quel que soit le contenu du livre, c’est un premier petit roman donc ça plaira ? Question commerciale.
- Est-ce un gage de qualité et de succès le fait d’être testé auprès d’enfants et d’enseignants ? Tout le monde aurait à peu près les mêmes goûts ?
- Je me demande aussi quelle est la marge de manœuvre en terme de création, de liberté d’écriture et d’illustration.
- Et puis, est-ce vraiment parce qu’un roman est court qu’il donne envie aux enfants de lire tout seul ? Est-ce qu’à force de lire ces petites phrases toutes faites, on ne se formate pas l’esprit tout seul autour de la lecture ?

Une précision : les éditions Magnard sont spécialisées dans le scolaire et l’éducatif, depuis leur création.

Bref, je m’interroge sur la transmission des valeurs, des idées aux enfants et aux adultes. Et donc sur la responsabilité des éditeurs scolaires... qui sont de fait positionnés sur l’éducatif.
Pour l’édition purement artistique, le questionnement est tout à fait différent.

Pas de possibilités de commentaires directs sur le site de Plumes de Brigands, mais si les éditions Magnard ou les auteurs veulent donner leur point de vue, je le publierai.

Lisa Bienvenu



  • Auteur : Mim, Benoît Bajon et Aurélie Guillerey
  • Illustrateur : Aurélie Guillerey
  • Éditeur : Magnard jeunesse
  • Parution : 2015
  • Prix : 5,90 €

  • Âge : Moyens
  • Genre : Roman
  • Thématique : Amitié / Animaux / changement / Famille / Quotidien
  • Type de lien :