L’ogre au pull rose griotte


Vert moutarde, rose griotte... Si Marion Brunet passe un nuancier [1] en revue, on n’a pas fini de rigoler !

Cette histoire est fabuleuse de vie dans toutes ses contradictions. Ce récit d’ogres, de sorcières, de loups, d’enfants et de petite vieille est véritablement polyphonique, dans tous les sens du terme. Pour les adultes qui font la lecture à voix haute, chaque titre de chapitre est un extrait de chanson, de comptine ou de poème alors inexorablement, ça nous dit quelque chose et on se met à fredonner, à réciter. Peu à peu la voix des enfants se mélange à la nôtre la lecture perd son fil conducteur et ça devient tout simplement n’importe quoi. Du bonheur et du rire en barre partagé (comme Ovomaltine, c’est d’l’adynamite) !

Toujours pour les adultes, Marion Brunet glisse des petits détails qui font très franchement rire et participent amplement du plaisir partagé de la lecture. Parce que les enfants rigolent aussi, mais pas forcément pour les mêmes raisons. Je vous en dis juste un, je l’aime vraiment bien celui-là : Abdou, chevalier au grand cœur persuade les ogres affamés d’épargner les infirmières en grève. Les CRS, c’est meilleur.

Abdou  : c’est lui qui raconte et il a un véritable talent de conteur. Alors Marion Brunet joue avec la langue, les différents niveaux d’histoires, les formes de discours. Visuellement, la typographie est changeante, des dessins très expressifs par-ci et par-là accentuent les bizarreries.
Et tout est incroyablement fluide...

Mais enfin, que raconte cette histoire ?

Trois mômes, un ogre et une petite vieille partent à l’aventure en voiture. Dans un but bien précis. Vous n’en reviendrez pas de la fin. Vous seront révélés les secrets les plus secrets. Et je vous assure que vous serez très attendris. Parce que ce sont de vrais secrets, remplis d’humanité.
Vous vous découvrirez aussi un étrange sentiment d’empathie mêlé à une peur profonde : un ogre, même ridiculisé, ça mange des gens.

Page style / mode

Je trouve le rose griotte plus brillant que le vert moutarde : la fantaisie va plus loin, les personnages, plus nombreux forment un ensemble choral plus riche et il semble qu’un duo écrivain et dessinateur (Till Charlier) se forme. Et ça, non seulement j’aime bien, mais d’un point de vue artistique, c’est très intéressant.

Lisa la Plumette

L’ogre au pull vert moutarde, j’en parlais à la radio.

Vous remarquerez que je m’adresse aux adultes, parce que ce sont nous qui achetons les livres pour les enfants... je dis ça, hein.



  • Auteur : Marion Brunet
  • Illustrateur : Till Charlier
  • Éditeur : Sarbacane, collection pépix
  • Parution : 2015
  • Prix : 10,90 €

  • Âge : Moyens / Grands
  • Genre : Roman
  • Thématique : Amitié / fantaisie / Loup / ogre / sorcière
  • Type de lien :

[1A propos de couleurs, regardez Quelles couleurs !, de Régis Lejonc, aux éditions Thierry Magnier. Il y en a une belle palette.
Vous verrez qu’en plus le vert moutarde et le rose griotte n’existent même pas.